10/12/11

Rickshaw

Esta vez Herodotus homenajea a otro maestro, al gran Etienne


1 comentario:

  1. J'ai toujours admiré cette splendide photographie où un esclave est devenu un poney qui promène, dans le cabriolet, son mastèr. La scène est ainsi excitante que, je suis sûr, n'importe qui payerait n'importe quel somme, aussi de la pouvoir revivre avec toute la réalité possible et en ne se dissimulant pas.

    ResponderEliminar